Mon historique
Conseils en investissement immobilier

Quel régime d’imposition pour une location meublée ?

bureau avec ordinateur et calculatrice

Bien qu’il s’agisse d’un bien immobilier, une location meublée ne relève pas des revenus fonciers, mais des BIC : Bénéfices industriels et commerciaux. De ce fait, son régime fiscal est différent et c’est tant mieux ! Car l’imposition d’une location meublée, qu’elle soit professionnelle ou non (LMP/LMNP), peut offrir certains avantages fiscaux : abattement, déductions, exonération, etc.

Statut LMNP : calculez vos avantages fiscaux
Estimez gratuitement vos revenus, amortissement, rentabilité, montant de la TVA récupérable…

Régime fiscal micro-BIC : simplifiez les impôts de votre location meublée

Quelle est la définition d’une location meublée ? Il s’agit d’une habitation préalablement équipée de tous les éléments mobiliers destinés à l’occupation par un locataire.

À lire également
Devenir loueur en meublé

En termes de fiscalité, ce type de location présente des spécificités. Si les recettes perçues par an ne dépassent pas 33 200 €, comme c’est souvent le cas des LMNP, l’impôt sur votre location meublée bénéficie d’un abattement de 50 %. On parle de régime micro-BIC. Pour en bénéficier, rien de plus simple. Lors de votre déclaration de revenus annuels, il vous suffit de compléter le formulaire 2042-C-PRO fourni par l’administration fiscale.

Imposition d’une location meublée en régime réel, qui est concerné ?

Les impôts d’une location meublée passent en régime réel, dès lors que vos recettes dépassent 33 200 €, par an. Mais ce régime fiscal n’a pas que des désavantages, puisqu’il vous permet de déduire vos charges :

  • frais de notaire ;
  • impôts locaux : taxe d’habitation, taxe d’enlèvement des ordures ménagères… ;
  • intérêts d’emprunt immobilier ;
  • frais de gestion ;
  • travaux d’amélioration.

Vos charges en régime micro-BIC sont supérieures à 50 % ? Dans ce cas, il vous est tout à fait possible de passer au régime d’imposition réel. Renseignez-vous bien sur la fiscalité de la location meublée, avant de déclarer vos différents revenus.

Cas d’exonération d’impôt pour une location meublée

Lorsque la location meublée est occasionnelle ou génère peu de revenus, vous pouvez alors être exonéré d’impôts. Pour cela, vous devez remplir les conditions suivantes :

  • vous louez une ou plusieurs pièces de votre résidence principale ;
  • le loyer ne doit alors pas dépasser 184 € par m² par an en Ile-de-France et 135 € en province ;
  • vous louez des chambres d’hôtes sans dépasser 760 € de recettes annuelles.

Si par exemple vous souhaitez louer une chambre de 15 m² à un étudiant dans votre appartement à Paris, le loyer mensuel ne pourra pas dépasser 184 x 15/12 = 230 €. Au-delà de cette somme, vous devrez payer des impôts.

Bon à savoir

Aux impôts locaux connus des propriétaires immobiliers, s’ajoutent certaines taxes spécifiques aux BIC (CET, taxe de séjour, prélèvements sociaux…). Toutefois, si votre location meublée comprend également au moins trois des prestations de services suivantes, telles que le ménage des locaux, l’entretien du linge, la réception de la clientèle ou encore les petits déjeuners, il vous sera alors possible de récupérer la TVA.

NOS ARTICLES LIÉS