Mon historique
Conseils en investissement immobilier

Loi Pinel : les avantages d’un engagement locatif sur 6 ou 9 ans

consultation en couple du contrat immobilier

Comment choisir sa période d’engagement locatif loi Pinel ? Quels sont les avantages d’une période de 6 ou 9 ans ?

Dispositif Pinel : calculez votre économie d'impôts
Simulation gratuite et sans engagement, votre résultat en moins de 2 min !

Les taux de la réduction d’impôt Pinel sont fonction de la durée d’engagement à la location

Si vous souhaitez bénéficier du dispositif Pinel, vous devez choisir une durée d’engagement locatif initiale de 6 ans, 9 ans ou 12 ans. Les taux de réduction d’impôts associés ne sont pas les mêmes : 12 % au total pour la première, 18 % pour la seconde, et 21 % pour la troisième.

A priori, l’engagement parait donc plus intéressant sur une période maximale. Mais la loi vous autorise toutefois à prolonger votre durée de location. Au bout de 6 ans, vous pouvez décider de continuer à louer aux conditions Pinel et de vous ré-engager pour 3 ans supplémentaires. Idem à l’issue de 9 ans de location : rien ne vous empêche de bénéficier du dispositif pendant de nouveau 3 ans. Au final, vos avantages seront les mêmes que si vous aviez immédiatement opté pour 12 ans de location.

>> À lire également : Loi Pinel : les dates et durées clés.

Les avantages d’une durée Pinel 6 ou 9 ans

Avantage majeur de la loi Pinel sur 6 ans ou 9 ans : vous conservez la possibilité de mettre fin à votre engagement au terme de ces périodes, par exemple pour vendre le bien, l’occuper, ou le louer à d’autres conditions.

Une flexibilité que n’offre pas un engagement sur 12 ans : quelle que soit votre durée Pinel initialement choisie, vous ne pouvez pas la réduire, à moins de renoncer à tout ou partie des avantages fiscaux acquis. La réduction d’impôt déjà perçue fera l’objet d’une reprise au titre des 3 dernières années fiscales non prescrites.

Les seuls cas dans lesquels la défaillance du bailleur n’entraîne pas de remise en cause des avantages Pinel acquis sont :

  • le décès du propriétaire individuel ou de son conjoint soumis à imposition commune ;
  • l’invalidité de 2ème ou 3ème catégorie ;
  • le licenciement à l’initiative exclusive de l’employeur (hors rupture conventionnelle et démission).
Le divorce et la rupture de PACS n’en font pas partie.
NOS ARTICLES LIÉS