Nexity immobilier
Mon historique
Conseils en investissement immobilier

La finance verte : comment agit-elle en faveur de la planète ?

La finance verte, également connue sous l’appellation finance durable, connaît aujourd’hui un essor considérable, aussi bien en France que dans d’autres pays du monde. Si vous ne parvenez pas à bien cerner la signification de la notion de finance durable et l’impact positif de celle-ci sur l’environnement, Nexity vous livre toutes les informations que vous devez connaître.

La finance verte ou finance durable

Il n’existe pas encore de définition officielle de la finance verte ou de la finance durable. Toutefois, nous pouvons définir cette notion comme une finance qui a pour objectif de lutter contre les changements climatiques. En d’autres termes, elle englobe toutes les opérations financières réalisées dans le but d’accélérer la transition énergétique et de soutenir les projets qui ont des impacts positifs sur l’environnement.

Finance durable et investissement responsable sont deux expressions étroitement liées. L’investissement socialement responsable, ou ISR, prend en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans le choix des fonds. Parmi ses principaux objectifs, on peut citer :

  • L’accélération de la transition énergétique
  • La lutte contre les changements climatiques
  • La lutte contre la pollution du sol, de l’eau et de l’air
Bon à savoir

La finance traditionnelle ne prend aucun critère environnemental en considération. Elle se focalise sur la rentabilité des fonds et encourage les épargnants à investir essentiellement dans des entreprises qui enregistrent d’excellentes performances, que celles-ci œuvrent ou non pour la protection de notre planète.

Depuis le 1er janvier 2020, selon l’article L. 131-1-2 du Code des assurances, les compagnies d’assurance doivent proposer au minimum un fonds vert, solidaire ou responsable aux épargnants. Ces derniers ne sont toutefois pas obligés d’investir dans un quelconque fonds vert.

Quels sont les impacts de la finance durable sur l’environnement ?

L’épargne est actuellement le 6ème secteur contribuant activement aux changements climatiques avec les secteurs du transport, du logement, de l’alimentation et des biens. En effet, en effectuant un placement dans un PEL (Plan épargne logement) ou un Livret A, votre argent peut être utilisé pour financer des projets et des activités particulièrement polluantes.

Le développement de la finance durable a permis de sensibiliser les investisseurs concernant les problèmes climatiques, mais aussi de favoriser les placements dans des fonds destinés à financer entre autres des entreprises désireuses d’accélérer leur transition énergétique et des entreprises qui ont pour cœur de métier la protection de l’environnement.

Si les investissements réalisés dans le cadre de la finance durable sont encore loin d’égaler les placements dont la rentabilité constitue l’unique objectif, les investisseurs et les épargnants commencent à se tourner progressivement vers une économie plus verte. D’après un sondage réalisé en 2019, en France, environ 72 % des investisseurs privés souhaitent investir davantage dans des produits plus respectueux de l’environnement.

Toujours selon ce sondage, plus de 40 % des Français estiment qu’ils pourraient accorder plus de confiance aux banques proposant des produits d’épargne verts.

Par ailleurs, de grands fonds tels que le fonds souverain norvégien ont décidé de réduire le financement des activités polluantes dont celles relatives aux énergies fossiles, dans le but réduire l’empreinte carbone de leur portefeuille.

Bon à savoir

Dans l’optique de devenir une référence mondiale dans la lutte contre le réchauffement climatique, la France a décidé de soutenir davantage la finance durable en mobilisant tous les acteurs pouvant contribuer à l’essor de celle-ci. Cette décision de l’État français a été prise dans le cadre de l’Accord de Paris. Ce dernier a pour but de conserver la hausse de la température en dessous de 2 °C et de stopper les émissions de gaz polluants entre 2050 et 2100.

Comment se lancer dans la finance durable ?

Plusieurs solutions s’offrent à vous pour participer au développement de la finance durable et à la lutte contre les changements climatiques, grâce à votre capital. Vous pouvez entre autres réaliser des placements dans des OPCVM (Organismes de Placements collectifs en Valeurs Mobilières), dans des SICAV (Sociétés d’Investissement à Capital Variable), des FCP (Fonds Communs de Placement) ou, tout simplement, dans des obligations vertes.

Les obligations vertes constituent d’excellentes solutions pour contribuer pleinement au développement de la finance durable. Pour faire l’acquisition d’obligations vertes, vous pouvez opter pour :

Un compte titre classique

  • Un PEA (Plan d’Épargne en Actions)
  • Une épargne salariale ou de retraite collective
  • Un PER (Plan Épargne Retraite)
  • Une assurance-vie
Bon à savoir

Depuis la mise en vigueur de la loi Pacte, les obligations non remboursables en actions non cotées peuvent désormais être intégrées dans un PEA PME-ETI.

La loi Pacte impose également la présence d’au moins un fonds participant à la finance durable, dans chaque contrat d’assurance-vie en unités de compte.

Cette loi a été conçue pour favoriser l’innovation, la transformation et le développement des entreprises françaises.

Les labels utilisés dans le cadre de la finance durable pour optimiser la visibilité des fonds verts

Pour offrir une meilleure visibilité aux fonds verts, vous aider à mieux choisir vos investissements et contribuer au développement de la finance durable, les autorités françaises ont créé trois labels, à savoir :

  • Le label Greenfin
  •  Le label ISR (Investissement Socialement Responsable)
  • Le label financement participatif de la croissance verte

Le label Greenfin a été créé par le Ministère de la Transition écologique et solidaire pour renforcer la lutte contre le réchauffement climatique, accélérer la transition énergétique des entreprises et favoriser le développement durable. Il exclut tout fonds qui investit dans des activités polluantes telles que celles liées au nucléaire et aux énergies fossiles.

Le label ISR, quant à lui, vise à offrir davantage de visibilité aux produits d’investissement qui participent au développement de la finance durable. Pour bénéficier de ce label, un fonds doit respecter un certain nombre de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance : émissions de gaz polluants, bien-être au travail, transparence au niveau des salaires, etc.

Pour finir, le label financement participatif de la croissance verte est un outil de la finance durable qui a pour but d'accélérer le développement des projets qui ont un impact positif sur l’environnement et la transition énergétique. Ce label garantit entre autres la transparence des projets et leurs bienfaits sur l’environnement et le développement durable.

Bon à savoir

Deux labels ont été créés au niveau européen pour favoriser le développement de la finance verte. Toutefois, les critères permettant d’obtenir ces labels ainsi que leur terminologie sont différents selon les pays. Afin de fournir une visibilité optimale à la finance durable et encourager les particuliers à se tourner vers des investissements plus soucieux de l’environnement, l’UE prévoit de créer un écolabel européen.

L’histoire de la finance durable

Il n’est pas évident de déterminer l’origine de l’expression finance verte, ou finance durable, en raison de l’absence d’informations précises concernant sa création. Toutefois, nous pouvons affirmer que cette notion s’est développée durant les années 2000.

Les premières obligations vertes qui ont contribué à l’apparition de la finance durable ont été émises en 2001 par la ville de San Francisco. Il a fallu ensuite attendre l’année 2007 pour que la Banque européenne d’investissement émette ses premières obligations vertes, baptisées Climate awareness bond.

En 2008, un an après l’apparition des green bonds de la banque européenne d’investissement, la Banque Mondiale a décidé de créer une obligation verte qui a pour but de soutenir le développement durable et de lutter contre le changement climatique.

L’émission de l’obligation verte de la Banque mondiale a marqué le début de l’essor de la finance durable.
Au début des années 2010, de nombreux green bonds ont été émis par des entreprises et les municipalités, puis en 2016, la première obligation verte souveraine a fait son apparition dans les pays émergents, ce qui a contribué à l’accélération du développement de la finance durable au niveau mondial.

 

Bon à savoir

En 2019, les obligations vertes émises sur le marché mondial ont dépassé 100 milliards de dollars dès le premier semestre. Cette même année, la France a émis des green bonds estimés à plus de 6 milliards de dollars, grâce à la mobilisation des banques et des émetteurs publics. Elle a été reconnue comme le pays qui participe le plus à l’essor de la finance durable et a devancé les États-Unis en termes d’émissions de green bonds.

En résumé

Qu’est-ce que la finance durable ?

La finance durable, ou finance verte, est une notion qui désigne l’ensemble des opérations financières réalisées dans le but d’accélérer la transition énergétique et de protéger l’environnement. Elle allie donc finance et développement durable.

Est-ce que la finance durable a un réel impact positif sur l’environnement ?

La finance durable encourage les investisseurs à choisir des placements plus responsables. Elle contribue donc à la réduction des impacts environnementaux de l’épargne, le 6ème secteur qui participe le plus aux changements climatiques.

Comment participer au développement de la finance durable ?

Vous pouvez participer à l’essor de la finance durable en investissant dans des obligations vertes, dans des OPCVM, des SICAV ou des FCP qui prônent le développement durable et la protection de l’environnement.

Comment savoir si un fonds contribue réellement à la protection de l’environnement ?

Dans le but d’offrir davantage de visibilité aux fonds verts et de soutenir le développement de la finance durable, la France a créé trois principaux labels, à savoir : Le label Greenfin Le label ISR Le label financement participatif de la croissance verte

Quand est-ce que la finance durable a été créée ?

Il n’est pas évident, voire impossible, de déterminer la date de création de la notion de finance verte, ou finance durable. Toutefois, nous pouvons affirmer que les premières obligations vertes ont vu le jour au début des années 2000, avec le green bond émis par San Francisco. La finance durable a connu un développement rapide, suite à la création de l’obligation verte de la Banque Mondiale en 2008.

NOS ARTICLES LIÉS