Mon historique
Conseils en achat immobilier

9 idées reçues sur les logements en construction bois

résidence l'authentique à morangis

Alors que la construction bois gagne en popularité d’année en année, certains préjugés ont pourtant la vie dure : moins solide, moins durable, plus coûteuse… Vraiment ? Le point sur la question pour oublier les idées reçues et découvrir tous les avantages du bois dans l’immobilier résidentiel.

1. Le bois, un matériau du passé ?

S’il est vrai que le bois a été utilisé dans la construction depuis des milliers d’années, c’est bien parce qu’il est déborde de qualités ! A l’ère du béton et de la recherche de nouveauté, le bois a été mis en retrait mais retrouve aujourd’hui ses lettres de noblesse grâce à des projets immobiliers ambitieux. Les différentes essences, alliées à toutes les techniques actuelles de transformation du bois, permettent de diversifier les propriétés du bois et de le rendre apte à tout type de construction.

Pour preuve : l’ensemble du village olympique Paris 2024 sera fait d’immeubles bois ou mixtes bois-béton. Le bois est bien un matériau du futur !

Nexity s’engage pour le climat en misant sur le logement bois

Pionnier dans la construction d’immeubles de bureaux en bois depuis 10 ans, Nexity intègre son expérience dans l’immobilier résidentiel en doublant sa production de logements en bois. Au travers de cette démarche, Nexity s’attache à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans la construction, et affirme son engagement en faveur du développement durable et de la construction raisonnée.

2. Les bâtiments en bois ressemblent-ils tous à des chalets ?

Loin de là ! Le bois s’adapte à toutes les tendances architecturales, y compris les plus modernes et épurées. Qu’ils offrent au regard une façade bois ou mixte, les projets immobiliers bois se calquent sur le style environnant et peuvent se fondre dans un décor urbain aussi bien que dans la nature.

Les architectes prennent en compte le Plan Local d'Urbanisme (PLU) pour répondre aux exigences des municipalités et proposer des constructions qui se mêlent harmonieusement à leur environnement, comme le prouvent les écoquartiers. De plus, une construction bois peut être habillée de n’importe quel matériau (brique, crépis, parement…) pour s’adapter à son quartier d’implantation.

3. La construction bois est-elle réservée aux maisons ?

Non, le bois convient aux maisons aussi bien qu’aux logements collectifs et immeubles de bureaux.

En France, la construction bois reste encore souvent cantonnée aux maisons individuelles, alors que les immeubles bois se multiplient outre-Atlantique et outre-Rhin. Pourtant, grâce aux avancées dans le traitement du bois et dans les techniques constructives, il est tout à fait possible de construire en hauteur, tout en bois ou en matériaux mixtes.

Les projets actuels favorisent les procédés de lamellé-collé et lamellé-croisé qui jouent sur l’assemblage de plusieurs couches de bois afin d’augmenter fortement leur capacité de portance. Grâce à ces techniques, des projets immobiliers de plus de 15 étages sur ossature bois voient le jour un peu partout dans le monde.

4. Le bois est-il moins résistant que le béton ?

Pas du tout ! Bien que le bois soit plus léger que le béton, il est tout aussi résistant. C’est notamment un matériau de prédilection dans les zones à risque sismique car le bois est particulièrement souple et élastique, ce qui lui confère la capacité d’absorber les chocs. Les constructions en bois ont ainsi une excellente résistance mécanique en cas de tremblement de terre. Par ailleurs, il conserve plus longtemps que les autres matériaux ses capacités mécaniques et de portance à long terme.

La différence de poids est d’ailleurs tout à l’avantage du bois, puisqu’elle le rend plus facile à transporter ainsi qu’à mettre en œuvre. Cette légèreté permet par ailleurs plus facilement de transformer des bâtiments existants en leur ajoutant des niveaux.

5. Le bois est-il adapté seulement aux climats froids ?

Non, le large choix d’essences et les possibilités de traitement font du bois un matériau adapté à tous les climats, chauds ou froids.

C’est tout d’abord un excellent isolant qui assure un confort thermique optimal été comme hiver. Constitué de fibres creuses qui sont autant de poches d’air, le bois a un coefficient de conductivité thermique très inférieur à celui de l’acier ou du béton. À épaisseur équivalente, il offre donc une meilleure isolation qui peut être complétée par l’utilisation d’autres d’isolants également biosourcés : chanvre, fibre de bois, ou encore ouate de cellulose.

Autre avantage : si l’essence est bien choisie, le bois ne se déforme pas sous l’action de la chaleur, c’est pourquoi il est très utilisé dans certaines régions tropicales.

Quant à l’humidité, elle est affrontée sans problème par les espèces imputrescibles telles que le mélèze, ou grâce à des traitements hydrofuges. Correctement choisi et mis en œuvre, le bois régulera l’hygrométrie du lieu en absorbant ou perdant de l’eau selon l’humidité de l’air environnant.

6. Un bâtiment en bois demande-t-il beaucoup d’entretien ?

Non, une construction bois ne de demande pas plus d’entretien qu’un bâtiment béton ou brique.

En effet le bois est un matériau qui évolue bien dans le temps s’il a été correctement apprêté. Alors que le béton peut se fissurer, se tasser ou subir des infiltrations en vieillissant, le bois a une bonne stabilité à long terme comme le prouvent les charpentes de nombre de vieilles maisons.

Une ossature en bois, prise en sandwich entre les parois intérieure et extérieure, est protégée et durable sans nécessiter d’entretien. Si le revêtement extérieur du bâtiment est fait de bois aussi, il restera stable mais se patinera et décolorera avec le temps du fait de son exposition à la pluie et au soleil. Ce changement purement esthétique n’a aucun impact sur la solidité du bâtiment et peut être évité facilement en utilisant des bois pré-peints ou pré-lasurés en usine, qui laissent respirer le bois tout en le protégeant pour plusieurs années. L’entretien d’une façade en bois s’effectue tous les 8 à 10 ans, comme pour les constructions traditionnelles.

7. Les constructions bois sont-elles moins résistantes au feu ?

Absolument pas ! Le bois n’est pas plus dangereux qu’un autre matériau, car sa résistance au feu est bonne et prévisible. La réglementation française en matière de sécurité incendie est la même pour tous les bâtiments. Quel que soit leur matériau principal de construction, la loi impose une tenue au feu minimum que les constructions bois valident efficacement.

En effet, le bois transmet la chaleur 10 fois moins vite que le béton et 250 fois moins vite que l’acier, ralentissant la progression des dommages. De plus, lorsqu’il brûle, le bois se consume lentement, sans explosion et sans dégager de gaz nocifs.

8. Les constructions bois nuisent-elles à l’environnement ?

Au contraire, construire en bois est une manière de s’engagement dans la lutte contre le changement climatique. Pour cela, il est important que le bois utilisé provienne de forêts locales et gérées durablement : le bois y est coupé à un rythme qui permet à la forêt de se renouveler, en laissant de la place aux arbres plus jeunes pour se développer. Bien planifiée, la construction bois agit ainsi pour l’environnement car elle encourage le développement et l’entretien des forêts qui jouent le rôle de "puits de carbone".

En effet les arbres absorbent le CO2 de l’atmosphère pendant leur croissance et le stockent sous forme de carbone, à raison d’une tonne de CO2 par m3 de bois. Le bois utilisé en construction prolonge la durée de ce stockage, alors que le bois des arbres morts se décomposant relargue le CO2 emmagasiné.

Enfin l’utilisation du bois va dans le sens des normes de construction à venir, notamment la réglementation thermique 2020, qui privilégient l’utilisation de matériaux écologiques.

9. La construction bois coûte-t-elle plus cher ?

À surface et niveau de finition équivalents, les prix de la construction bois sont similaires à ceux du marché immobilier moyen.

S’il est vrai que le poste de l’ossature bois peut être onéreux, ce coût est compensé par d’autres aspects de la construction. Grâce à la multiplication des projets immobiliers bois, les procédés constructifs se sont perfectionnés, permettant d’améliorer leur performance tout en réduisant les coûts globaux. Un des facteurs majeurs de cette réduction est la rapidité d’exécution des chantiers grâce à la pré-fabrication des éléments en bois en usine : 100 jours pour la construction d’une maison en bois, alors qu’une construction classique prendra 10 mois.

De plus, le bois étant excellent isolant, les économies d’énergie réalisées se ressentiront sur les factures à venir : les charges baissent de 25 à 30 % par rapport à une construction béton classique et assurent des économies à long terme aux propriétaires de logements en bois, ou à leurs résidents locatifs.

NOS ARTICLES LIÉS