Vous n’êtes pas obligés d’attendre la retraite pour acheter une maison.
Découvrez nos maisons >
Nexity immobilier
Mon historique
Vivre en copropriété

L'entretien de parties communes : une contribution de tous les propriétaires

vote à mains levées pendant une assemblée

Vous êtes copropriétaire et vous vous demandez alors quel est votre rôle vis-à-vis de l'entretien des parties communes : comment le prestataire est-il sélectionné ? comment est déduite ma participation financière ? On vous dévoile tout sur vos droits et devoirs dans le cadre de l'entretien des parties communes.

Principe de l'entretien des parties communes

Dans une copropriété, l'entretien des parties communes incombe à tous les copropriétaires qu'ils soient occupants ou bailleurs. Chacun est tenu d'y participer financièrement en fonction de sa quote-part de parties communes, les tantièmes, et à la répartition des charges telles qu'elles sont définies dans le règlement de copropriété. Les provisions de charges, généralement appelées chaque trimestre, sont calculées en fonction d'un budget voté en assemblée générale, et doivent être réglées à la copropriété, représentée par son syndic.

Le bailleur peut récupérer une partie des charges de copropriété auprès de ses locataires, en fonction du type de bail qu'ils ont signés.

ENTRETIEN DES PARTIES COMMUNES : POURQUOI FAIRE APPEL À UN SYNDIC ?

En termes d’entretien des parties communes, vous pouvez déléguer la sélection des prestataires à un syndic de copropriété , spécialisé dans ce type de démarches. Cela vous permettra également de faire jouer la concurrence entre les entreprises spécialisées et donc de réaliser des économies. Qu’il s’agisse du nettoyage des parties communes, de la gestion des poubelles, de l’entretien des espaces verts…, le syndic de copropriété contactera diverses entreprises, pour vous transmettre plusieurs devis. Vous pourrez alors comparer le détail des prestations proposées et de leurs tarifs.

DES TRAVAUX DE RÉNOVATION AU NETTOYAGE : LES INTERVENTIONS D’ENTRETIEN DE LA COPROPRIÉTÉ

L’expression entretien de la copropriété englobe à la fois les interventions simples comme le changement d’ampoules défectueuses, la réparation d'une fuite, et les travaux plus importants à l’instar de la réfection d’une toiture. C’est le syndic qui a l’initiative des interventions courantes si la dépense correspondante peut être financée par le budget de la copropriété. En revanche, les travaux plus importants comme la rénovation d’une toiture doivent être réalisés après un vote favorable des copropriétaires lors d’une assemblée générale.

DES DEVIS D'ENTRETIEN DES PARTIES COMMUNES POUR CHOISIR UN PRESTATAIRE 

Lors des assemblées générales ordinaires (organisées une fois par an), les propriétaires votent pour choisir les prestataires auxquels ils souhaitent faire appel pour l’entretien des parties communes. Ils prennent cette décision sur la base des devis préalablement transmis par le syndic. Coût de la main d’oeuvre, des matériaux (en cas de réparations notamment), détail des services proposés… : les devis transmis par les prestataires potentiels doivent comporter tous les éléments indispensables à votre prise de décision.

Bonne nouvelle pour les copropriétaires MaprimeRénov’ se décline dans une version copro !

MaPrimeRénov’Copro est une aide versée au syndicat de copropriété qui permet tout simplement de financer les travaux de rénovation énergétique sur les parties communes des copropriétés, garantissant ainsi une amélioration de la performance énergétique. Une aubaine pour les copropriétaires qui bénéficiaient jusqu’ici très peu de subventions pour entamer des travaux de rénovation énergétique.

Qui peut en bénéficier ?

MaprimeRénov’corpo est ouverte à l’ensemble des copropriétés composées d’au moins 75 % de lot d’habitation principale ! 
Concernant le montant, MaPrimeRénov’ copro est plutôt généreuse : 25 % de la quote-part des travaux dans la limite de 3.750 €/logement.
Par ailleurs, vous pourrez bénéficier d’une aide complémentaire de 500€/logement si vos travaux concernent une copropriété avec une étiquette énergétique F ou G. Aussi, pour les copropriétés dites « fragiles » une aide complémentaire de 3.000 €/logement pourra être accordée.
NOS ARTICLES LIÉS