Mon historique
Conseils aux locataires

Quel prix pour votre logement étudiant ?

bureau avec maisons miniatures et une calculatrice

Chambre, studio, résidence, colocation : il existe plusieurs options pour se loger quand on fait ses études. Mais à quel prix ? Quel budget prévoir ? Sur quelles aides s’appuyer ?

Budget logement d’un étudiant : comment le calculer ?

Avant de vous précipiter dans votre recherche de logement, il est indispensable de bien connaître votre budget pour ne pas perdre de temps sur des offres inadaptées ni passer à côté d’opportunités.

  • Le niveau de loyer proposé est évidemment le critère principal pour évaluer combien vous coûtera votre futur logement… mais pas seulement ! Vos charges mensuelles pèsent aussi beaucoup dans la balance. Une résidence étudiante avec services a, par exemple, un coût a priori plus élevé qu’un studio indépendant, mais il comprend toutes les charges qui peuvent s’avérer parfois très lourdes lorsqu’elles sont assumées individuellement (chauffage, gaz et électricité, eau, assurance, connexion internet etc.) ;
  • Anticipez aussi les frais annuels générés par votre location : en fonction du type de location choisi, évaluez bien le dépôt de garantie qui vous sera demandé, et les éventuels frais d’agence ou encore de taxe d’habitation qui pourront vous être imputés.

Studio, chambre, colocation, résidence : les prix du logement étudiant

La chambre chez l’habitant est une option souple, qui permet souvent de bénéficier de loyers très compétitifs. En effet, pour pouvoir bénéficier d’exonération d’impôts à ce titre, les propriétaires accueillants doivent respecter un plafond de loyer annuel hors charges de 187 €/m2 en Île-de-France et de 138 €/m2 en province (plafonds 2019).

Le studio indépendant est bien sûr l’option la plus confortable au niveau autonomie et intimité… mais aussi la plus coûteuse. Sans surprise, les logements d’une seule pièce sont particulièrement chers dans les grandes villes étudiantes : comptez un loyer mensuel médian hors charges de 33 €/m2 pour un studio étudiant à Paris et 24,2 € en petite couronne, 22,6 € à Aix-en-Provence, 20 € à Nice ou encore 19 € pour un logement étudiant d’une pièce à Lyon (1).

La colocation permet justement de cibler des logements plus grands, moins recherchés et donc moins chers au m2. Mais aussi de diviser le prix de du loyer et des charges avec d’autres étudiants. Attention toutefois au moment de vous engager : en cas de bail dit unique, une clause de solidarité et d’indivisibilité vous devez assumer les défaillances de paiement de vos colocataires.

Enfin, côté habitat partagé, deux autres possibilités s’offrent à vous :

  • les chambres en résidences universitaires du CROUS : leurs loyers modérés (par exemple de 400 à 600 € par mois environ à Paris, et de 200 à 400 € à Lyon) et leur proximité des campus ont font une cible de choix pour tout étudiant en quête de logement. Leur offre ne permet toutefois pas de satisfaire toutes les demandes, qui sont traitées en fonction de critères de priorité (niveau de ressources, éloignement familial etc.) ;
  • les studios ou chambres étudiantes en résidences privées. Leurs tarifs, certes plus élevés que ceux pratiqués par le CROUS, concurrencent souvent le prix total d’un logement étudiant indépendant ou en colocation : ces solutions sont accessibles à partir de 600 € par mois à Paris ou à Aix-en-Provence, d’environ 500 € à Lyon et Nice, et à partir de 400 € à Lille (2). Ces loyers incluent en effet non seulement les charges locatives classiques, mais aussi bien souvent d’autres services très utiles (buanderie, parking, salles de travail, petit-déjeuner, linge de maison etc.).
Bon à savoir : les contrats de location spécial étudiant !

En plus des baux classiques de location vide de 3 ans, et de location meublée d’1 an renouvelable, les étudiants ont accès à deux contrats de location s’adaptant à leurs contraintes. Le bail meublé étudiant de 9 mois renouvelables s’ajuste à la durée de votre année universitaire. Le bail mobilité de 1 à 10 mois est quant à lui idéal pour anticiper un stage ou un contrat d’apprentissage.

Les aides disponibles pour faire baisser le prix du logement étudiant

Vous pouvez peut-être prétendre à des dispositifs d’aide conçus pour alléger le budget logement des étudiants. Parmi eux :

  • La garantie Visale, qui vous offre une caution couvrant vos éventuels loyers et charges impayés ;
  • Le Loca-Pass étudiant qui, à certaines conditions, vous avance la somme nécessaire à votre dépôt de garantie et couvre aussi vos impayés de loyer ;
  • l’APL ou aide personnalisée au logement, pour les logements conventionnés ;
  • l’ALS ou allocation de logement à caractère social, pour les logements non conventionnés.

> Rappel : le point sur les aides au logement étudiant


(1) Observatoire OSLO, FNAIM 2018
(2) Source : Studéa 2019

NOS ARTICLES LIÉS