Mon historique
Conseils aux locataires

Les bons plans logements pour étudiants

couple consulte l'ordinateur pendant l'emménagement

Chaque année plus d’un million d’étudiants français sont à la recherche d’un logement. Cité universitaire, foyer, logement social, résidence étudiante, appartement classique, colocation... Quels sont les bons plans logements étudiants ?

Les cités universitaires : le plan logement étudiant collectif

La majorité des villes étudiantes sont équipées d’une ou de plusieurs cités universitaires. Ces logements sont gérés par le CROUS (Centre national des œuvres universitaires et scolaires) et attribués selon plusieurs critères : les ressources familiales, l’éloignement géographique du domicile familial ou encore les résultats universitaires de l’étudiant. Face aux nombreux dossiers refusés dans ces logements faute de place, les pouvoirs publics ont fait appel à l’investissement privé, afin de lancer la construction de nouvelles résidences étudiantes.

Le plan chambre en résidence étudiante

Si ce que vous souhaitez c’est poser vos valises, il faut vous intéresser à la résidence étudiante ! Vous aurez un appart qui dispose de l’essentiel : lit, coin bureau, salle de bain et kitchenette, pas loin de votre campus avec un tas de services qui vous simplifient la vie : laverie, salle de sport, espaces communs, …

À surface équivalente, les loyers dans les résidences étudiantes sont généralement plus élevés que ceux des autres logements. C’est le prix à payer pour la localisation, le confort d’un studio bien équipé et les services dont vous disposez. Si vous êtes éligibles à l’ALS (Allocation de logement sociale), sachez que vous pouvez en bénéficier en vivant en résidence.

Les résidences étudiantes, généralement situés à proximité des campus et des transports en commun, sont spécialement conçus pour assurer confort, convivialité et sécurité à leurs occupants.

Les résidences Studéa de Nexity proposent des logements meublés, équipés et connectés ainsi que de nombreux services. Un vrai bon plan pour se loger sans prise de tête. Les conditions de réussite idéales !

Logement indépendant ou collectif : un timing serré

En moyenne, les logements étudiants des résidences et des cités universitaires couvrent à peine 7 % des demandes. Dans ces conditions, mieux vaut avoir plusieurs cordes à son arc et ne pas hésiter à multiplier les dossiers afin de trouver le bon plan logement étudiant. Vous éviterez ainsi d’avoir à choisir dans l’urgence un bien de moins bonne qualité ou peu adapté.

Le top départ de vos recherches doit être donné en juin, juste avant la grande ruée des mois de juillet et août sur le logement étudiant. En septembre, il est un peu tard et il ne reste sur le marché que les locations les moins attractives.

Enfin, sachez que vous pouvez bénéficier, sous certaines conditions, d’un certain nombre d’aides, notamment : l’Aide personnalisée au logement (APL), l’Allocation logement à caractère social (ALS), ou encore le dispositif Loca-Pass®. Là encore, anticipez pour pouvoir en bénéficier au plus vite.

Le plan studio ou 2 pièces en location non meublée

Votre chez vous, ce sont vos meubles et votre ambiance ? La location non meublée, appelée encore location nue, est ce qu’il vous faut ! En effet, le logement que vous louez est vide : libre à vous de le décorer à votre goût ! L’avantage de la location non meublée par rapport à la location meublée est donc de pouvoir l’aménager librement. Et sur ce point, à condition de ne rien dégrader, le propriétaire ne peut rien vous imposer. Avant de vous décider, laissez-nous vous briefer sur la location non meublée !

Le bail de la location non meublée

Lorsque vous aurez trouvé l’appart de vos rêves, vous devrez « officialiser » la location, en signant avec le propriétaire un contrat ou bail de location. C’est obligatoire ! Pour faire simple, le bail fixe les règles du jeu. Vous vous engagez à verser le loyer et les charges qu’il établit tous les mois. Le bail doit aussi mentionner votre identité, celle de votre propriétaire, l’adresse et les caractéristiques du logement, la durée de location, le loyer, les charges et la date d’entrée dans les lieux. Il est normal que votre propriétaire demande un dépôt de garantie équivalent à un mois de loyer hors charges. Il sera conservé pendant la durée de votre location et utilisé en compensation d’éventuelles dégradations.

> Pour allez plus loin : Connaissez-vous la différence entre dépôt de garantie et la caution ?

Conseils pratiques pour une location nue en toute sérénité

Soyez prudent : il est strictement interdit de louer un logement sans bail. N’acceptez jamais une telle proposition, vous pourriez vous retrouver à la porte ! Tout ce qui peut vous être imposé figure dans votre bail. Toute autre de demande, comme le versement d’argent pour réserver le logement, l’interdiction d’héberger un ami ou votre conjoint, est illégale.

Avant la remise des clés, vous allez visiter le logement avec le propriétaire ou l’agent immobilier pour vérifier dans le détail son état et noter tous les défauts du logement (trou au mur, prise défectueuse, parquet abimé…). C’est l’état des lieux qui vous permet de prouver au moment du départ les imperfections déjà présentes et celles qui sont apparues après. Conservez bien l’exemplaire qui vous sera remis.

> Pour allez plus loin : Points de vigilance pour votre état des lieux de sortie 

La location non meublée n’a presque plus de secrets pour vous. Il reste juste quelques questions pour devenir incollable.

1. Quelles sont mes obligations en tant que locataire ?

  • Payer le loyer et les charges aux dates prévues ;
  • Entretenir le logement et effectuer les petits travaux (remplacer un joint, détacher une moquette…) ;
  • Ne pas sous-louer mon logement ;
  • Être respectueux du voisinage (bruit, propreté…) ;
  • Informer l’agence ou le propriétaire en cas de problème : ne prenez jamais de décision importante (appeler un serrurier, commander des travaux) sans leur accord.

2. Et le propriétaire, quelles sont ses obligations ?

Il est tenu de fournir un logement aux normes : gaz, électricité, chauffage, isolation, les équipements doivent être en bon état de fonctionnement. Autrement, le logement est considéré comme insalubre et ne peut être loué.

3. Quelle est la durée de mon contrat de location ?

En principe, la durée d’un contrat de location vide est de 3 ans. Pour les étudiants, la durée peut être réduite à un an, voire 9 mois, au choix du propriétaire. Rassurez-vous, il est possible de quitter votre appart avant la fin du bail, sans frais. Pour cela, conformez-vous aux formalités établies dans votre bail. Selon les régions, votre préavis est à donner 1 ou 3 mois avant votre départ.

Sachez que votre propriétaire peut aussi résilier votre bail avec 6 mois de préavis et uniquement pour les motifs suivants : vendre son appart, y loger des proches, en cas non-paiement du loyer, de troubles du voisinage, de défaut d’assurance, de sous-location ou d’utilisation à des fins commerciales du bien loué.

Le plan logement étudiant le plus facile : la location meublée

Pour vous un appart, ça doit être pratique, clé en main et avec un emménagement super facile ? Acheter des meubles, les transporter et les monter ce n’est vraiment pas votre truc ? La location meublée est faite pour vous !

Mais, qu’est-ce que louer un appart meublé signifie ? C’est poser vos livres, valises et votre ordi dans un appart prêt à habiter et s’engager, en général, sur une durée plus courte.

Nos conseils pratiques pour une location meublée réussie

Puisque votre logement est meublé, son loyer à surface et quartier équivalents est supérieur à celui d’une location nue. Ne soyez donc pas surpris de la différence de prix, c’est justifié !

Un logement meublé doit obligatoirement inclure les éléments nécessaires à la vie quotidienne :

  • Pièce de nuit et de jour : un lit avec couette ou couverture, une table et des sièges, des étagères de rangement, des luminaires, des rideaux ou un système occultant pour les fenêtres ;
  • Dans la cuisine : des plaques de cuisson, un four ou un micro-onde, un réfrigérateur avec partie congélation, de la vaisselle et des ustensiles de cuisine ;
  • Du matériel d’entretien : aspirateur, balais, etc. ;
  • Ne soyez pas gêné : s’il manque certains de ces éléments, vous êtes en droit de les réclamer car ils font partie de ce que vous avez besoin pour vivre dans votre appart !

La location meublée offre une grande flexibilité puisque le bail ne dure qu’1 an. En tant qu’étudiant, le propriétaire peut même accepter de le réduire à 9 mois.
Rassurez-vous, il est possible de quitter votre appart avant la fin du bail, sans frais. Pour cela, vous devez envoyer votre préavis 1 mois avant votre départ.
Sachez que votre propriétaire peut aussi résilier votre bail avec 3 mois de préavis et uniquement pour les motifs suivants : vendre son appart, y loger des proches, en cas non-paiement du loyer, de troubles du voisinage, de défaut d’assurance, de sous-location ou d’utilisation à des fins commerciales du bien loué.

Et enfin, le plan colocation !

Pas question de quitter le cocon familial et de vous retrouver seul ? La colocation vous tente pour des raisons financières ou parce que la vie en communauté vous paraît plus sympa et stimulante au moment des révisions ?
Cette formule présente des avantages, mais réserve aussi des "surprises". En coloc, vous devez tout organiser à plusieurs, ce qui n’est pas sans challenges ! Pour mieux comprendre les subtilités d’un appart entre copains, suivez le guide !

Nos conseils pratiques pour une colocation dans de bonnes conditions

Comme pour les autres types de logement, la colocation implique évidemment de signer un bail de location. Bail unique ou bail individuel ?

Les deux formules existent :

  • dans le cas d’un bail unique, les colocataires sont "solidaires" du paiement du loyer et des charges, c’est-à-dire qu’ils se répartissent le paiement à leur convenance ; 
  • dans le cadre de bails individuels, le logement est divisé en parties privatives (souvent les chambres) et en parties communes (le salon, la salle de bain, la cuisine). Chaque locataire signe un bail qui lui est propre, qui décrit la partie privative dont il dispose (sa chambre), le loyer individuel qu’il paie, et "les règles du jeu" pour profiter des parties communes.

De nombreux propriétaires se protègent des impayés en incluant une clause de solidarité dans leur bail de colocation. Concrètement, pour vous et votre caution cela implique :

  • En cas de départ d’un coloc, le contrat se poursuit avec ceux qui restent. S’il n’est pas remplacé, vous payez sa part de loyer et charges ;
  • Assumer les impayés : colocataires et cautions assument les non-paiements d’un des leurs.

Pour bien cohabiter, nous vous engageons à établir un "règlement entre colocataires" qui pose, par exemple, la répartition des dépenses communes (réparations, abonnement internet, taxe d’habitation…), des règles de vie ou des conditions de départ.

Vous vous demandez comment donner votre préavis de départ ?

Lorsque tous les colocataires quittent la coloc, une lettre de préavis avec accusé de réception doit être envoyée au propriétaire. Si le bail est unique, une seule lettre suffit mais une lettre par personne sera nécessaire en cas de bail individuel.

Dans le cadre d’un bail unique, si un seul colocataire part, il ne peut pas demander au bailleur de lui restituer sa quote-part du dépôt de garantie. En effet, la restitution du dépôt de garantie est liée à la remise de toutes les clés du logement au bailleur. Il devra attendre la fin du bail pour récupérer ses fonds, ou s’arranger avec les colocataires restants qui peuvent le rembourser par anticipation et demander au colocataire remplaçant le même montant.

> Pour aller plus loin : Tout savoir sur le fonctionnement de la colocation

NOS ARTICLES LIÉS