Conseils pour louer son logement

Pourquoi opter pour la gestion locative d'un agent immobilier ?

Publié le

serrage de mains en agence immobilière

Louer son bien peut représenter pour de nombreux bailleurs l’obligation de consacrer beaucoup de leur temps pour s’assurer de la bonne gestion de son bien, de la relation avec son locataire mais également la nécessité de se tenir informé sur toutes les évolutions règlementaires et juridiques.

Au-delà, la disponibilité d’un agent immobilier permet de fluidifier et faciliter les rapports locatifs. Il est présent à toutes les étapes de la vie du contrat : sélection des biens et des candidats, visites, contractualisation, interventions, résiliation

UN EXPERT DU DROIT IMMOBILIER, POUR SÉCURISER VOS TRANSACTIONS LOCATIVES

L’encadrement juridique de la location résidentielle est en constante évolution : en atteste l’échelonnement continu des décrets d’application de la loi Alur depuis 2014… Une réalité qui ne va pas sans alourdir la charge des bailleurs assurant directement la gestion de leurs biens : pour ne pas commettre d’impairs et éviter les litiges, il leur faut tenir une véritable veille juridique !

C’est justement l’une des garanties offertes par les agents immobiliers, experts en droit immobilier, en droit des contrats mais aussi en fiscalité… Dans le cadre de leurs fonctions de gestion locative, ce sont notamment eux qui sont en charge de la rédaction du contrat de bail conforme aux normes en vigueur (modèle type, surface habitable Boutin…). Ils s’occupent aussi de composer les nombreuses annexes au bail : état des lieux, diagnostics obligatoires, grille de vétusté, règlement de copropriété…

Une responsabilité au bénéfice des bailleurs mais aussi des locataires : l’agent engage sa responsabilité vis-à-vis d’eux également. En cas de difficulté, ils ne sont pas suspendus à la seule bonne volonté de leurs propriétaires.

AGENT IMMOBILIER : UNE ACTIVITÉ À HAUTE RESPONSABILITÉ

La profession d’agent immobilier entraîne de multiples obligations, à l’égard des propriétaires comme des locataires : des responsabilités commerciales, techniques, juridiques et éthiques. Régi par la loi n°70-9 du 2 janvier 1970, dite "loi Hoguet", l’agent immobilier doit satisfaire 3 conditions pour pouvoir exercer :

  • disposer d'une carte professionnelle, qui certifie son aptitude professionnelle et sa moralité, et qui doit être renouvelée tous les 3 ans par le président de la Chambre du Commerce et de l’Industrie ;
  • disposer d’une garantie financière auprès d’une banque ou d’une organisation professionnelle ;
  • détenir une assurance de responsabilité civile professionnelle.

UN PROFESSIONNEL DE LA GESTION DE BIENS, AU SERVICE DE LA SIMPLICITÉ

Louer son bien c'est aussi l'angoisse de sélectionner le bon locataire, celui qui paiera ses loyers et qui respectera le bien loué. En passant par un professionnel, vous confierez à des experts de l'immobilier la sélection du meilleur locataire en s'assurant de sa solvabilité mais aussi en détectant les potentiels faux documents des dossiers de location. 
Du côté du locataire, passer par un professionnel, c'est être guidé vers le bon bien en fonction de ses attentes, de son budget... et s'assurer de louer un bien respectant l'ensemble des dispositions réglementaires.

En cours de contrat, c’est encore lui qui se charge des interventions à réaliser dans le logement. Une nécessité pour laquelle les bailleurs particuliers n’ont pas toujours la disponibilité suffisante, au grand dam des locataires surtout lorsqu’il s’agit d’urgences… Fuite d’eau, panne de chauffe-eau ou d’ascenseur : dans le cadre d’un contrat de gestion locative, l’agence immobilière prend le relais du propriétaire et active son réseau de réparateurs et de professionnels du bâtiment.

Et c’est encore elle qui prend en charge toutes les dimensions financières de la location. La mission d’agent immobilier comprend en effet :

  • l’évaluation juste du montant du loyer, en fonction de la réalité du marché, de la réglementation, et des caractéristiques du logement ;
  • la perception et la restitution du dépôt de garantie ;
  • le calcul de l’indexation annuelle du loyer, et l’application des procédures sans lesquelles elle ne peut être valablement opposable au locataire ;
  • la répartition des charges entre bailleur et locataire, selon les clauses du contrat et la législation ;
  • le recouvrement des loyers.
NOS ARTICLES LIÉS