Prendre une femme de ménage n'est plus réservé aux familles aisées : le développement des services à la personne et le chèque emploi service universel ont démocratisé cette prestation.

facilitez-vous la vie

Nettoyage journalier ou hebdomadaire de toutes les pièces, meubles, objets et vitres, chasse aux intrus (araignées, mites, acariens...), récurage... : faire le ménage dans une maison, c'est un travail à part entière. Si vous avez déjà un emploi, évitez de faire deux journées en une et confiez ces tâches à un tiers.

Cette facilité de vie, aujourd'hui, n'est plus réservée aux nantis : le boom des services à la personne a fait chuter les prix, et la création du chèque emploi services universel ou Cesu a grandement facilité l'emploi d'un prestataire par les particuliers.

Un recrutement dans les règles

Trouver une femme ou un homme de ménage n'est pas si compliqué - entre les petites annonces et les sites web de prestataires, l'offre ne manque pas. Savoir recruter est une tout autre affaire.

Plusieurs solutions s'offrent à vous :

  • Recruter directement et devenir employeur :
    il vous faudra procéder à un entretien de recrutement en règle. Rencontrez la personne, discutez avec elle de sa méthode de travail et son organisation. Tâchez d'en savoir plus sur son expérience, et demandez si possible les contacts de quelques références actuelles ou passées. Proposez-lui une semaine ou un mois d'essai pour voir si tout fonctionne bien.
  • Choisir un mandataire :
    il se chargera du recrutement et des aspects administratifs (rédaction du contrat de travail, établissement des fiches de paie), déclaration des charges sociales, etc. Il revient à l'employeur particulier de rémunérer son salarié.
  • Passer par une entreprise prestataire :
    elle se charge du choix de l'intervenant en fonction des besoins (qualification), son remplacement en cas d'absence, de congés, sa formation...Elle adresse une facture au bénéficiaire en fonction du nombre d'heures travaillées et des modalités du contrat de prise en charge.

Une femme de ménage gratuite... ou presque

Actuellement, le tarif d'une heure de ménage oscille entre 8 et 9 euros (après réduction d'impôts - entre 16 et 18 euros TTC au moment du paiement). Mais dans certains cas, vous n'aurez rien, ou très peu, à débourser. En effet, l'aide ménagère peut être prise en charge partiellement ou totalement.
C'est le cas si vous avez plus de 65 ans (60 ans si on vous a reconnu une inaptitude au travail) et que votre état de santé vous empêche d'accomplir vous-même les tâches domestiques. Vous pouvez également demander l'aide sociale pour payer votre femme de ménage : elle vous sera attribuée par le département (ressources mensuelles inférieures à 742,27 euros pour une personne seule, à 1 181,77 euros pour un ménage) ou par votre caisse de retraite.

A savoir : Pour obtenir une aide ménagère, adressez-vous au Centre communal d'aide sociale ou à votre caisse de retraite et joignez à votre demande les justificatifs de vos ressources. Cette aide est cumulable avec la prestation de garde à domicile.

Notre conseil

Testez son savoir-faire ou appuyez-vous sur un prestataire qui fera la sélection pour vous. Vous pouvez aussi tester votre candidat en lui posant quelques questions techniques pour évaluer son expertise : comment nettoyer les brûleurs d'une gazinière, supprimer des moisissures, enlever la rouille ou le tartre des toilettes... Plus important encore : établissez un vrai rapport de confiance avec cette personne qui a comme lieu de travail votre logement.

Licenciez dans les règles. Deux cas de figure sont possibles :
- Si vous passez par un prestataire qui salarie votre employé, la corvée sera donc pour le prestataire. Vous n'aurez donc pas de licenciement à supporter ni de période de carence.
- Si vous salariez un employé directement et que malheureusement le courant ne passe plus après un certain temps ou que vous avez des motifs sérieux de mettre fin à cette collaboration (mauvaise qualité de la prestation, retard, vols...), faites-le dans les règles en respectant la procédure : un avertissement puis un entretien préalable doivent précéder tout licenciement. Chaque étape suppose l'envoi préalable d'une lettre par recommandé avec accusé de réception.